Publié le 24 Décembre 2020 à 16h51 - 264 aff.

Pouvez-vous vous fier aux conseils de votre banquier ?

Le banquier est-il de bon conseil pour la constitution de votre portefeuille de placement ? Pour répondre à la question, analysons dans un premier temps les missions sont il se charge, puis comparons-les à ceux d’un conseiller en gestion de patrimoine.

Les missions du banquier

Celui-ci se charge des missions de conseil d’une part, et de suivi administratif d’autre part. Il émet ses suggestions sur les offres de placement, lesquelles sont basées sur les produits existants de son établissement. Ses conseils sont personnalisés certes, mais incomplets, sachant que de nombreux autres produits de placement existent sur le marché. Il ne propose donc pas de stratégie patrimoniale à proprement parler.

Bureau, Avocat, Lecture, Lire, Les Lois

Le banquier propose également des offres de crédit pour les porteurs de projets, en vue de financier des investissements divers. Cela en étudiant leur situation financière et les risques d’insolvabilité.

Le suivi administratif quant à lui concerne les opérations financières telles que les virements, les prélèvements, les paiements par chèque, de même que les dossiers de chaque client. Cela suivant une procédure bien définie, par le biais d’un programme informatique mis en réseau sur l’ensemble du système.

Les missions du conseiller en gestion de patrimoine

Le CGP s’intéresse de plus près à votre portefeuille patrimonial sur plusieurs angles :

  • sa composition
  • ses forces et ses faiblesses
  • sa fiscalité, son rendement, son évolution
  • son adéquation par rapport à votre profil

Il a aussi pour mission d’anticiper votre avenir non seulement sur le court terme et le moyen terme, mais jusqu’à votre décès. Il se penchera donc sur la mise en place de nouvelles stratégies en ce qui concerne la gestion de votre patrimoine, basée sur l’évolution des différents paramètres. La préparation de l’avenir consiste globalement à préparer votre retraite d’une part, et à transmettre progressivement vos actifs à vos futurs héritiers d’autre part.

En ce qui concerne la préparation de la retraite, il existe plusieurs produits destinés à cet effet, dont le plus récent est le Plan d’épargne retraite PER, offrant les meilleurs avantages par rapport aux anciens contrats. D’autres nombreux produits de placement permettent aussi de préparer les vieux jours : au CGP de les suggérer selon votre profil.

Quant à la transmission de patrimoine, votre CGP proposera plusieurs solutions. Exemple : la cession des biens de manière régulière, via la donation, ce qui vous permettra de profiter des meilleures conditions fiscales. Autre solution : le démembrement de propriété pour échapper à une lourde fiscalité au moment de la transmission. Quant à la rédaction d’un testament, il est préconisé dans le cas où la composition familiale est assez complexe et que le patrimoine revêt une certaine valeur.

Notons aussi que le CGP peut vous conseiller le meilleur régime matrimonial adapté à vos attentes, c’est-à-dire à vous et à votre conjoint. Ainsi, il joue le rôle de conseiller juridique. En clair, toutes ces missions ne sont pas assumées par le banquier.

Le CGP pour le professionnel

Le CGP s’adresse également aux professionnels et travaille principalement sur les conseils suivants :

  • les recommandations sur la forme sociétale de l’entreprise pour la protection du patrimoine du dirigeant et de ses associés
  • les conseils sur l’optimisation de la fiscalité
  • les prescriptions issues du suivi sur le long terme – il peut aussi travailler en synergie avec l’expert-comptable de l’entreprise

La règlementation de l’activité du CGP

L’activité du conseiller en gestion de patrimoine indépendant est règlementée. Il est sous le contrôle des autorités suivantes : l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution), l’AMF (Autorité des marchés financiers) ainsi que la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Il revêt le statut de conseiller en investissements financiers et dispose d’une compétence juridique appropriée (CJA).